Observatoire européen des think tanks Think tanks and civil society : because ideas matter

Accueil > Presse > Revue de presse > Interview publiée sur Atlantico

Interview publiée sur Atlantico

7 octobre 2011 par Selim ALLILI

A lire l’interview de Sélim Allili par le site internet d’informations Atlantico.fr
L’objet de l’interview porte sur l’émergence de Terra Nova dans la galaxie intellectuelle du Parti Socialiste et de son rôle dans l’organisation des primaires citoyennes.

Atlantico : Terra Nova a organisé ce week-end deux débats avec Ségolène Royal et Arnaud Montebourg. Pouvez-vous nous expliquer précisément ce qu’est ce think tank ?

Selim Allili : Terra Nova est un think tank de gauche. Il a été créé au sortir de l’élection présidentielle 2007 avec comme constat de départ le fait que le "logiciel" de la gauche était à refaire quasiment entièrement.

Toute la mouvance social-démocrate a souhaité mettre en place ce think tank qui peut être analysé comme le prolongement logique du mouvement A gauche en Europe, une émanation des courants strausskahnien et rocardien, qui existait précédemment. 

Le Président de Terra Nova est Olivier Ferrand, un énarque, la cheville ouvrière qui agrège et personnifie ce think tank. De ce point de vue-là il réussit médiatiquement à imposer le discours de Terra Nova dans différents médias. Ce n’était pas couru d’avance. Il s’inscrit clairement dans la social-démocratie, dans la gauche qui accepte les marchés. Tous les vieux démons gauchistes sont ainsi complètement gommés de l’appareil idéologique de Terra Nova.

 

Atlantico : Certaines notes de Terra Nova ont créé la polémique. Je pense notamment à celle qui préconisait au PS de se tourner plutôt vers les minorités que les classes populaires…

Sélim Allili : Les réactions à cette note procédaient d’une stratégie électorale. Certains ont crié "haro" en disant que Terra Nova abandonnait le peuple. Mais, jusqu’à preuve du contraire, les classes ouvrières ne représentent pas le peuple dans sa globalité. Alors il ne faut pas non plus faire de démagogie en retour : évidemment il y a des classes dominantes en France, intellectuellement, économiquement, mais ce n’est pas parce qu’on s’oriente vers telle catégorie de personnes qu’on en oublie le peuple.

Cela dit, vous avez raison. Cette note avait fait polémique. Je pense que c’était un peu voulu de la part de Terra Nova pour essayer de faire bouger les frontières, pour essayer d’exister et de rompre un peu avec le train-train idéologique classique de la gauche. Les socialistes s’appuient sur les classes populaires alors que tout le monde sait, depuis maintenant 15 ans, que les gens qui votent pour le PS sont de manière minoritaires des gens de la classe ouvrière. Les gens de la classe ouvrière votent maintenant majoritairement à droite, à l’extrême-droite ou bien l’extrême-gauche.

cliquez ici pour lire la suite de l’interview sur le site Atlantico.fr

Suivez-nous !

Copyright Observatoire des think tanks - Powered by SPIP, Feat.B_HRO - Mentions légales