Observatoire européen des think tanks Think tanks and civil society : because ideas matter

Accueil > Nos activités > Archives > Douze think tanks réunis pour revaloriser l’entreprise

Douze think tanks réunis pour revaloriser l’entreprise

21 juin 2013

Discret auprès du grand public, le think tank présidé par Xavier Huillard et dirigé par Frédéric Monlouis-Félicité, confirme sa capacité d’influence et la force de ses réseaux. L’Institut de l’entreprise a été l’hôte, en début de semaine, du Sommet international des think tanks économiques, autour du thème : « l’entreprise qui transforme le monde – relever les défis du 21ème siècle. » Douze organisations, membres du réseau « International Network of Business Think Tanks », ont participé à l’événement, dont le journal Le Monde était aussi partenaire. Au cours de deux journées de débats et de « work-shops », personnalités politiques de droite (Bruno le Maire) comme de gauche (Pierre Moscovici, Claude Bartolone) ont croisé des patrons (Antoine Frérot, Gérard Mestrallet, Christophe de Margerie…) et des universitaires (Paul Krugman, Philippe Aghion…).

L’évènement a été un lieu d’échange et de partage d’idées, dont voici un échantillon.

Dans une Allemagne, encore marqué par la réunification, la prospérité n’est pas également partagée par toutes les régions. Le think tank CES-Ifo appelle à réviser drastiquement les modalités de l’aide régionale. Objectif : la réorienter vers la constitution de pôles d’innovation, associant infrastructures et investissement éducatif...et tourner le dos aux politiques de transfert de fonds.

Pour le Center for Finnish Business and Policy Studies, un think tank finlandais, on convoque l’impérieuse nécessité de réanimer l’esprit bourgeois contre l’esprit rentier de l’aristocratie, comme de la défunte paysannerie, devenu celui de la classe moyenne. Son atout dans cette bataille, son esprit d’entreprise allié à son sens du bien commun. En d’autres termes, l’innovation socialement utile. Exemples : les produits low-cost ou l’investissement solidaire.

Le think tank chinois China Institute for Reform and Development veut mettre fin à l’interventionnisme étatique. Convaincre les autorités qu’il y a plus à gagner à laisser mourir les entreprises malades, plutôt que de maintenir sur pieds des zombies. Des recettes libérales, qui font leur chemin dans une administration où la vision de l’économie politique est encore très dirigiste.

Le Japan Association of Corporate Executives, un think tank japonais, appelle les entreprises de l’archipel à réfléchir aux conditions de leur survie. Un espace vital restreint, menacé par les calamités naturelles (tsunami, tremblement de terre) et une démographie déclinante : la réflexion n’est pas vaine. La solution passe par l’investissement social et environnemental, et non plus seulement financier. Le service du salarié, du client et de la communauté, et non plus seulement de l’actionnaire.

Une inquiétude autour de la pérennité du capitalisme que partage son homologue américain, le Committe for Economic Development. Lui appelle à une révision à la baisse des exigences de rendement des grands fonds de pension, maîtres du système financier du pays, pour redonner aux entreprises les moyens d’investir, de démontrer leur utilité et finalement de redonner aux citoyens confiance dans le capitalisme.

Suivre la vie du siteInternational Summit of business think tanks

Suivez-nous !

Copyright Observatoire des think tanks - Powered by SPIP, Feat.B_HRO - Mentions légales